23 juin 2008

Wien

Vers 6 heures du soir, ayant dit adieu aux gens de l'auberge, je suis parti pour l'Autriche. Le wagon qui se dirigeait vers Vienne serait à coup sûr le plus luxeux de tous les trains que j'avais pris pendant ce voyage. Dans le compartiment propre aussi bien que confortable, équipé de prises femelles pour l'ordinateur portable et de banquettes grises à rayures verdâtres qui étaient permises de se servir de couchette. Étant arrivé à Vienne, j'ai commencé à chercher mon auberge de jeunesse à l'aide du plan que j'avais imprimé par avance au lycée. Dans la zone euro, surtout pour une capitale tellement développée comme Vienne, 10 euros 50 pour une nuit dans une auberge de jeunesse bien organisée et bien équipée était très bon marché. De plus, c'était ma première auberge qui offrisse l'internet gratuit. Grâce à l'indication minicieuse d'une femme âgée anglosaxophone très chaleureuse, j'ai trouvé mon dortoir où logeaient deux arabes. Hors de la fenêtre, sur le rebord étroit, se mettait une bouteille de jus. Evidemment, c'était quelqu'un qui voulait la conserver au "frigo" en profitant de la température basse de l'extérieur. Ayant voyé ça, j'ai suivi sa trace. Puis je suis retourné au hall, a acheté un limonade non seulement pour étancher la soif mais aussi pour collectionner les bouchons à boisson. Sa salle de lecture était confortable mais n'offrait pas autant de mangas que celle de l'AJ à Luxembourg. Le lendemain, ayant pris le petit déjeuner le plus riche dans la salle à manger la plus agréable de tous les hôtels que j'avais logé pendans ce voyage, je suis reparti pour le centre-ville.
Comme je n'avais qu'une journée pour la visite, je cherchais les monuments à l'aide du plan au lieu de badauder sans but précis. Dès la sortie de la gare, je me suis rappelé ce qu'avait dit un internaute. "J'aime pas Vienne comme c'est une ville hyper développé." Dans les rues principales, le boom des enseignes bigarrées et l'invasion des boutiques de grandes marques qui ne s'harmonisaient avec des monuments historiques avaient complètement nui son paysage. Pour moi, elle avait perdu son charme. Elle n'était faite rien que pour que les gens fassent du shopping. Arrivé à un jardin du musée où j'ai rencontré deux taïwanais. Les monuments de Vienne étaient magnifiques mais comme il n'y a pas de différences remarquées avec ceux à l'Ouest de l'Europe, ça m'a ennuyé. En plus, c'était déjà le huitième jour de ce voyage, j'en avais plein les quilles. Normalement j'aurais dû essayer le plat typique de l'Autriche - la Wiener Schnitzel -, mais comme j'avais trop dépensé en Hongrie et en République de tchèque, je l'ai annulé.. snif snif... Je suis arrivé à la gare à l'avance de 5 heures. En voyant une énorme affiche sur laquelle se voyait le célèbre tableau " Le Baiser ". Ahhh!!! Merde!! J'aurais dû la visiter même pour un seul tableau mais c'était un de mes tableaux préférés. Puis pendans ces 5 heures d'attente, j'ai retiré 20 euros pour acheter deux limonades et un pizza, observé une asiatique qui avait l'air troublé par l'horaire des trains, flâné dans la gare.

2 commentaire(s):

aliette a dit…

alors? le séjour en France se termine? Bon retour au pays et bonne chance pour la suite

Tun-Wei HSIANG a dit…

Ah ouais. ça a terminé il y a 3 mois mais elle me manque encore la France. j'espère avoir la chance d'y revenir ^^